Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.
127
CYBÈLE

amalgame de toutes les langues de la vieille Europe.

— Cela vous viendra tout naturellement, mon ami, vous parlerez sans plus de peine que vous n’en mettez à penser.

— Dieu vous entende. Je ne demande que cela.

— Allons, on vous attend, vint dire la gouvernante.

Ce premier repas en famille mit encore à l’épreuve la fermeté de notre amoureux, mais il eut le courage de surmonter cette fois son émotion et Junie, de son côte, paraissant avoir oublié l’impression singulière qu’elle avait dû ressentir le matin, se montra la gracieuse et aimable personne qu’elle était toujours. On comprendra que Marius continuât d’être le sujet d’attentives et curieuses remarques, et que la conversation roulât presque uniquement sur son compte, mais il n’y prenait point part, et pour cause, assez préoccupé d’ailleurs de veiller sur lui-même et de s’affermir dans la virile résolution qu’il avait prise de ne plus chercher que dans le fond de son cœur l’image de son amie, en faisant tout à fait abstraction, en présence de la sœur de Namo, de ces traits et de cette voix qui n’étaient qu’une copie décevante de l’objet réel de son profond amour.

Cependant il n’était pas au bout de ses épreuves. Comme on se levait après le dessert, entra un visi-