Page:Alcott - Les Quatre Filles du docteur Marsch.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec attendrissement sur son grand-père qui, la tête dans les mains, pensait évidemment à l’enfant morte qu’il avait tant aimée, et le jeune homme, se rappelant alors la conversation de l’après-midi, se dit, avec la résolution de faire joyeusement un sacrifice :

« Je laisserai mon château en Espagne de côté, et je resterai avec mon cher grand-père tant qu’il aura besoin de moi ; car, Meg a raison, il faut que grand-père puisse à jamais compter sur moi, il n’a que moi au monde. »