Ouvrir le menu principal

Page:Albanès,Les mystères du collège,1845.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
DU COLLÉGE.

Notre malade n’était qu’à la sixième scène du deuxième acte, que déjà ils étaient fatigués d’avoir ri, mais de ce rire inextinguible que la plaisanterie naturelle peut seule produire.


Albanès,Les mystères du collège,1845 123.jpg

À une distance peu éloignée d’eux, et derrière les rideaux du lit du collégien qui était couché, s’était tenue la sœur Ragonde, une des sœurs attachées au collège, celle que les élèves affectionnaient le plus.

Arrivé à cet endroit où Sganarelle dit : « Or, ces vapeurs dont je vous parle venant à passer, du côté gauche où est le foie, au côté droit où est le cœur. » À ces mots, du côté droit où est le cœur, le rire de nos deux jeunes gens redouble,