Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
72
les drames du nouveau-monde

Ce fut le cœur plein d’angoisses que le jeune lieutenant fit des questions relatives à Mary. Quoique déjà renseigné par Oonomoo sur les principaux incidents de cette catastrophe, il ne pût s’empêcher de demander à Caton tous les détails possibles.

— Vous n’avez donc eu aucun avis de cette attaque ?

— Rien : ils étaient sur nous avant même qu’on les eût entendus.

— Qu’est-ce qui s’est passé en premier lieu ? voyons ! Caton, dis-moi tout ce dont tu pourras te souvenir.

— Ciel ! bon Dieu ! Je me rappellerais cette nuit toute ma vie, quand je vivrais mille ans ! Or, voyez-vous, moi et Big Mose nous venions de nous mettre au lit, après avoir soufflé la chandelle.

— Miss Mary s’était retirée dans sa chambre ?

— Oui, il y avait déjà un bon moment. Voyez-vous, moi et Big Mose nous étions les deux noirs toujours les derniers debout, moi surtout. Je suis sorti pour faire une petite ronde et voir si tout allait droit. Bon ! moi et Mose nous avons encore fait un tour partout et vérifié toute la