Ouvrir le menu principal

Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
les drames du nouveau-monde



qua-t-elle enfin : j’ai un jeune ami bien cher.

— Vous le nommez… ?

— Le lieutenant Canfield qui sert sous les ordres de mon père.

— Ah ! ah ! Et, il ne sait rien de ce qui vous est arrivé ?

— Je ne puis rien assurer. Oonomoo, qui est le coureur le plus agile de toute la contrée, a été souvent employé à porter des messages entre les officiers et leurs familles : Il m’a rapporté dernièrement que le lieutenant Canfield avait l’intention de nous faire prochainement une petite visite. Peut-être sera-t-il arrivé presque aussitôt après le départ des Indiens.

— Ah ! ce serait une bonne affaire, s’il en était ainsi.

— Pourquoi ?… une bonne affaire ?…

— Est-ce qu’il connaît Oonomoo ?

— Certainement, depuis plusieurs années.

— Très bien ! Ils se réuniront pour faire leurs plans et vous tirer des griffes de ces coquins, le plus tôt possible.

— Je l’espère ! oui, je l’espère ! La mort serait moins terrible que tout ce que j’ai souffert surtout cette nuit. Oh ! vous ne m’abandonnerez