Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PAR MER
ET PAR TERRE

LE CORSAIRE

PROLOGUE

L’ABANDON.


Man delights not me.
(Shakespeare, Hamlet)

La Puerta del Sol, depuis un temps immémorial rendez-vous ordinaire des oisifs et des nouvellistes de Madrid, était, à l’époque où se passe cette histoire, un carrefour étroit, boueux, situé presque au centre de la ville et formé par le croisement des rues de Carretas, de la Montera et celle d’Alcala, qui le traversait dans toute sa longueur ; son nom bizarre lui venait de la porte d’une église peinte en rose tendre, enjolivée d’un cadran éclairé la nuit, et d’un grand soleil à rayons d’or.

Aujourd’hui, porte, cadran, soleil ont disparu ; l’ancien carrefour est devenu une place, mais le nom est resté.