Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/77

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Non, c’est fini ; je ne dirai plus un mot.

— Alors revenons à nos affaires.

— Ah ! cette fois, vous serez content.

— Je le suis déjà, mon ami.

— Bon ! vous allez voir, fit-il en se frottant les mains, j’ai fait acheter à Saint-Malo un brick-goëlette construit expressément pour la course, et dont on voulait faire un négrier ; c’est un navire excellent, doublé en cuivre, ras sur l’eau, fin comme une dorade, tout neuf ; il n’a fait qu’un voyage à l’île de France ; sa vitesse est sans égale ; il jauge deux cent soixante tonneaux.

— C’est magnifique, mon ami

– Attendez ! Il est complétement gréé et prêt à prendre la mer ; il a des vivres pour six mois, en supposant un équipage de trois cents hommes, ce qui serait trop.

— Très-bien, mais ce n’est pas tout ?

— Laissez-moi donc finir ! Son tirant d’eau est si faible, qu’il peut pénétrer dans toutes les baies ; dans sa cale, servant de lest, sont soigneusement arrimées quatorze caronades de 24 et une pièce allongée de 36, pour être placée à l’avant sur pivot ; je ne vous parle que pour mémoire des fusils, des piques, des pistolets, des haches, des sabres d’abordage, des pierriers et des espingoles pour armer vos embarcations, au nombre de huit : six pirogues, baleinières, une chaloupe et un grand canot.

— C’est admirable ! et tout cela pour cent mille francs !

– Peut-être un peu plus, fit le banquier avec un fin sourire, mais cela ne vous regarde pas.

— D’accord ; et c’est vous ?…