Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous êtes d’une exactitude désespérante ; notre rendez-vous était pour onze heures et demie, fit-il en regardant une magnifique pendule de Boule, la demie sonne. Vous aviez cependant certaines difficultés assez sérieuses à surmonter pour tenir votre parole.

— Je vous avais promis de venir, cher monsieur Maraval ; aucun obstacle n’était assez puissant pour me faire manquer à ma promesse.

— Oui, oui ; je vous connais de longue date. Mais asseyez-vous donc, fit-il en lui roulant un fauteuil ; je vous tiens là, debout vous devez être fatigué, cependant ?

— Mais non, je vous assure.

— Toujours le même ; vous savez que votre escapade est connue ?

— Déjà ? Je croyais pourtant avoir pris mes mesures…

— Le hasard, comme toujours, a tout fait découvrir.

— Comment avez-vous appris ?…

– J’ai en ce moment les états-majors des deux escadres ; votre amiral est furieux ; il a juré de faire un exemple ; ainsi, tenez-vous bien, ajouta-t-il en riant, je vous présenterai à lui tout à l’heure.

— Pardieu j’accepte !

— Je lui ai annoncé déjà que je désirais lui présenter, cette nuit même, un de mes amis qui arrivera tout exprès de Séville, à minuit, pour ne pas manquer mon bal.

– C’est parfait ! Nous verrons s’il me reconnaîtra !

– Il vous connaît donc personnellement ?