Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


masculin, sous les noms de Charles-Jules-Olivier Madray, né dans son domicile, le 13 octobre 179., de père et mère inconnus ; il présenta une déclaration parfaitement en règle, signée de lui, médecin accoucheur, et de deux témoins ; l’un de ces témoins avait nom le chevalier de Luxure-Luxeuil !

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Le 26 novembre, c’est-à-dire six semaines environ après l’accouchement de la duchesse, Ramillete arriva à Rome.

Il s’était rendu en Italie, en traversant la France, bien que le trajet fût beaucoup plus long ; il avait même séjourné pendant six jours à Paris.

Le duc de Salaberry-Pasta reçut son intendant avec la joie la plus vive ; il était impatient d’avoir des nouvelles de Madrid.

Ces nouvelles, nous les résumerons en quelques mots.

L’affaire des alguazils tués à la Puerta del Sol avait été étouffée par les soins mêmes du duc de Rosvego, qui cependant continua une enquête secrète ; cette enquête, parfaitement et très-habilement conduite, prouva jusqu’à l’évidence que le duc de Salaberry-Pasta, très-malade à Rome, n’avait pas quitté cette ville un seul jour, ses amis n’ayant pas cessé de le visiter ; donc, les renseignements fournis au duc de Rosvego par ses agents n’étaient qu’un tissu de faussetés et de calomnies, inventées dans le but odieux de brouiller le duc avec sa femme ; du reste, l’innocence de la duchesse éclata à tous les yeux, quand, dix jours à peine après les événements de la Puerta del Sol, on la vit revenir de son voyage en Estrama-