Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/354

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lugubres ; je vous envoie mon vieux Fernan Nuñez, avec ce mot à la hâte, pour vous avertir que nous vous attendons demain, à dix heures du matin, sans faute. On déjeune à onze heures précises. Nous comptons sur vous. Fernan Nuñez vous attendra sur la plage ; il vous conduira à la maison, qu’il vous serait impossible de trouver sans lui.

» Je ne vous cache pas, mon ami, que, à part la vive amitié que nous professons tous pour vous, je suis très-curieux, moi particulièrement, de connaître la demande que vous avez, dites-vous, à m’adresser. Cette fois, bon gré mal gré, je vous avertis qu’il faudra que vous vous expliquiez catégoriquement ; je n’admettrai plus de retard, ni fin de recevoir d’aucune sorte.

» Je suis, en attendant l’honneur et le plaisir de votre visite demain, votre tout dévoué et reconnaissant ami.

» Q. S. M. B.[1]
 » DIEGO QUIROS DE AYALA.

» P.-S. — Ma femme et ma fille se rappellent à votre bon souvenir.

» Valparaiso (Chili), julio 28, 18.. »


Après avoir parcouru cette lettre des yeux, Olivier la relut posément, puis il la replia, la replaça dans son enveloppe, et, avec une visible satisfaction, il la serra dans la poche de côté de son habit.

  1. Que su mano besa — qui baise votre main — formule de politesse habituelle à la fin des lettres.