Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus, j’étais pris ! Quelle admirable police, et quel excellent pays pour les chercheurs d’aventures et les coureurs de nuit ! fit-il d’une voix railleuse : quatre coups de pistolet ont été tirés, pas une fenêtre ne s’est entre-bâillée ! Il est vrai qu’il est tard, et que les celadores chargés de la tranquillité publique craignent naturellement les coups… Ah çà ! ajouta-t-il en se frappant le front, voici un gaillard né depuis une heure à peine, et qui, déjà, a causé la mort de quatre hommes : un par quart d’heure, cela promet pour l’avenir ! Il y en aura encore d’autres ! Comme tout cela est singulièrement emmanché, pourtant !… Bah !

Tout en faisant ces réflexions philosophiques, le digne homme était entré dans sa chambre ; dix minutes plus tard, il dormait à poings fermés.

Le lendemain, à neuf heures précises du soir, Ramillete se présenta chez le docteur Legañez.

Une voiture, dans laquelle il était venu, attendait devant la porte.

Le docteur poussa un cri de joie en apercevant l’intendant.

— Vous êtes exact, lui dit-il.

— C’est mon habitude, répondit Ramillete en souriant ; eh bien ! comment va la charmante malade ?

– Très-bien. Jugez-en, señor : elle m’a demandé s’il était possible de la transporter à Tolède ?

— Ah bah ! et que lui avez-vous répondu ?

— Ma foi elle est si forte, si courageuse, que je lui ai répondu que dans un bon carrosse, et en marchant doucement, cela serait possible.