Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pourquoi donc cela ?

— Parce que, cher don Diego je veux, avant tout, que vous répondiez en toute liberté à la demande que je vous adresserai.

— C’est donc bien sérieux ?

— Oui, pour moi surtout.

— Eh bien ! soit. J’attendrai qu’il vous plaise de vous expliquer.

— Et vous pourrez le faire sans crainte, dit doña Maria avec intention, en souriant doucement au jeune homme.

La conversation fit alors un crochet, et l’on causa d’autre chose.

Le soir de ce même jour, Olivier et doña Dolorès se trouvèrent seuls un instant.

— Ne craignez pas d’adresser votre demande à mon père, dit la jeune fille à voix basse : ma mère sait tout ; elle approuve notre amour.

— Je tremble, répondit Olivier avec tristesse : il s’agit du bonheur de ma vie entière.

— Raison de plus pour ne pas hésiter.

— Mais si votre père me repoussait ?

La jeune fille haussa les épaules, sourit d’un air moqueur et s’enfuit, en lui disant d’une voix railleuse :

— Poltron ! qui doute de mon amour…

Olivier tressaillit de joie. Il voulut répondre, mais déjà la folle enfant avait disparu.

Le lendemain, un peu après le lever du soleil, ainsi que l’avait annoncé son capitaine, le Hasard mouillait sur rade de Valparaiso.

Le brick-goëlette avait pris son mouillage en grande rade, presque en face de la playa Ancha.

De nombreux navires de toutes sortes, bâti-