Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIII.

DANS LEQUEL CE PAUVRE SEÑOR DON ESTREMO MONTÈS PASSE UN VILAIN QUART D’HEURE.


Ainsi que nous l’avons dit, le Hasard avait mis sous voiles, et, emporté par une belle brise de l’est-sud-est, il n’avait pas tardé à perdre la terre de vue.

Olivier, assis à l’arrière, causait avec don Diego Quiros, doña Maria et doña Dolorès. Les charmantes passagères étaient commodément assises sur des sièges moelleux, disposés à leur intention par les soins d’Ivon Lebris : le brave Breton ne négligeait jamais rien de ce qu’il savait devoir être agréable à son ami et matelot.

Le soleil se couchait à l’horizon ; ses derniers rayons coloraient la mer de toutes les nuances du prisme, et faisaient scintiller comme des pointes de diamant les franges d’écume des lames ; le ciel, d’un bleu d’azur, était teinté de chaudes bandes d’un rouge vif à la ligne extrême d’horizon ; les alcyons, les damiers et les frégates mouillaient l’extrémité de leurs longues ailes dans l’écume en se poursuivant avec de rauques cris de joie ; plusieurs voiles blanchissaient dans différentes directions ; la brise, fortement imprégnée des senteurs de la terre, sifflait sur une basse con-