Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tières boliviennes, c’est-à-dire jusqu’au désert d’Atacama et le Rio-Salado, trajet presque impossible à accomplir.

— Fernan Nuñez nous a quittés depuis plus de cinq heures ; il ne reparaît pas, dit Olivier ; il n’a pas l’habitude de faire de si longues absences ; je commence à être inquiet ; je crains qu’il ne lui soit arrivé quelque chose.

— Que veux-tu qu’il lui soit arrivé ? répondit Ivon Lebris ; la longueur de cette absence, au lieu de t’inquiéter, devrait au contraire te rassurer, matelot.

— Bon ! pourquoi cela ?

— Pardieu ! parce que, s’il tarde à revenir, c’est qu’il a découvert quelque chose, et qu’il tient à se bien renseigner avant de nous rejoindre.

— Le crois-tu sérieusement ?

— J’en suis convaincu ; nous allons le voir tout à l’heure arriver tout joyeux.

– Puisses-tu dire vrai ! Je ne sais pourquoi, je me sens triste.

— Au diable la tristesse ! elle tuerait un chat ! comme disent les Anglais ; à moins que ceux que nous cherchons ne se soient réfugiés dans un souterrain, à cent pieds sous terre, nous finirons bien par les retrouver, quand le diable y serait !

– Peut-être ! fit-il en hochant la tête.

– Hum ! décidément, tu n’es pas dans ton assiette ordinaire ; c’est peut-être parce que tu n’as pas encore déjeuné. Antoine !

— Lieutenant répondit le domestique en se retournant.

— Le déjeuner avance-t-il ?

— Oui, lieutenant, dans dix minutes je servirai.