Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


éclair, nos âmes se fondirent en une seule ; tout fut dit ; je vous appartenais comme vous m’apparteniez déjà ; je vous aimais sans le savoir ni le comprendre ; j’étais tout pour vous, comme vous étiez tout pour moi ; votre pensée ne me quitta plus, comme la mienne demeura dès lors constamment avec vous !

– Dolorès ! Dolorès ! murmura le jeune homme d’une voix brisée, vos paroles m’entrent dans le cœur comme un fer rouge ! Vous me faites horriblement souffrir vous me réduisez au désespoir. Pourquoi me parler ainsi ? pourquoi exciter encore ce feu qui me dévore, et, quand depuis si longtemps je combats contre moi-même, me prouver si cruellement que tous mes efforts sont vains, hélas ! et que cet amour fatal, que j’essaie d’arracher de mon cœur, ne finira qu’avec ma vie !

— Ah ! vous l’avouez enfin, Carlos ! vous m’aimez comme je vous aime ! Croyez-vous que j’aie été un seul instant dupe de votre feinte froideur ? J’ai suivi toutes vos luttes, j’ai souffert de toutes vos douleurs ; j’ai compris ces combats que vous livriez à vous-même, et je vous admirais ! Mon amour pour vous aurait grandi encore, si cela eût été possible ! Votre conduite envers moi n’a pas cessé un seul jour d’être celle d’un homme d’honneur et de cœur ; placés si loin l’un de l’autre sur les échelons de l’échelle sociale, moi si riche, si belle, si enviée ; vous si pauvre, si petit, si isolé dans ce monde qui vous rejette, et auquel vous vous imposez quand même par la puissance de votre volonté et la grandeur de votre caractère. Vous avez essayé d’être mon ange gardien, désespérant d’atteindre jamais jusqu’à moi ! Vous m’avez aimée