Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


part d’une jeune fille, même quand elle parle du meilleur ami de sa famille.

— Je ne connais rien à ces distinctions, mamita ; j’aime notre ami, parce que deux fois il nous a sauvés, et que, j’en ai la conviction intime, c’est à lui, à lui seul, entends-tu, mamita, que nous devrons d’avoir échappé à ces affreux pirates !

– Tu es folle, enfant, je te le répète.

— Ah ! s’écria-t-elle en battant des mains et poussant un cri de joie ; ah ! je suis folle, dis-tu, mamita ! Eh bien ! regarde !

— Don Carlos ! s’écria la dame avec stupéfaction.

— Vive Dios ! Dolorès n’en a pas le démenti : c’est lui, en effet ! Ah ça ! les pressentiments sont-ils donc vrais ? Je commence à le croire, s’écria le père au comble de l’étonnement.

Doña Dolorès s’était échappée du bras de sa mère et élancée vers la coupée comme une antilope effarouchée.

Au moment où il mettait le pied sur le trois-mâts, Olivier se sentit enlacé par deux bras charmants, tandis qu’une voix harmonieuse qui fit bondir son cœur lui disait avec une expression d’exquise reconnaissance :

– Ah ! vous voilà donc, mon grand ami ? Je le savais que, cette fois encore, nous vous devrions notre salut ! Mon cœur me l’avait dit, et le cœur ne trompe jamais !

— Dolorès ! s’écria Olivier avec une surprise ressemblant à de l’effarement ; vous ici ? est-ce possible ?

Il chancela, une pâleur livide couvrit son visage malgré lui sa main droite se posa sur son