Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


empêchait la vue de s’étendre au delà d’une encablure autour du bâtiment.

— Faites appuyer un peu les bras du vent partout, monsieur Kernock, dit le capitaine à l’officier de quart.

— Oui, monsieur, répondit l’officier, qui fit immédiatement exécuter cette manœuvre.

– Comment allons-nous, monsieur ? reprit le capitaine en se penchant légèrement au-dessus des lisses ; pas tout à fait dix nœuds, n’est-ce pas ?

— Le loch a été jeté il y a quelques minutes, capitaine ; nous filons neuf nœuds deux tiers ; on pourrait ajouter…

— C’est bien ainsi, interrompit Olivier, rien ne nous presse ; et il ajouta en souriant : Avez-vous placé les vigies ?

— Oui, capitaine.

— Si l’on apercevait quelque chose, vous me feriez aussitôt prévenir, je vous prie ; nous sommes véritablement dans un sac ; avec ce brouillard, il importe de redoubler de vigilance.

L’officier s’inclina, le capitaine alla rejoindre ses amis occupés à examiner la mer.

Ivon Lebris était en grande conversation avec maître Legoff dit Caïman.

— Bonjour, maître Legoff, dit le capitaine en s’approchant.

— Pour vous servir, capitaine ; beau temps, hein ?

– Oui, mais ce diable de brouillard me chiffonne ; nous naviguons à l’aveuglette.

— Sans compter que nous sommes sur le passage des navires qui essaient d’emmancher ou de sortir.