Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa démarche, et jusque dans ses moindres mouvements, une majesté suprême.

Ses cheveux, fort longs et d’un noir bleu, étaient nattés et relevés sur sa tête en forme de casque ; plusieurs colliers de wampums, espèces de petits coquillages, tombaient sur sa poitrine nue, mêlés à d’autres colliers en griffes d’ours gris, et à une lourde chaîne d’or à laquelle pendait un médaillon de même métal, à l’effigie de Washington, le premier président de la République des États-Unis de l’Amérique du Nord, ainsi que je le sus bientôt ; une fine chemise de calicot, ouverte sur la poitrine, couvrait son torse d’Hercule Farnèse, couleur de cuivre rouge, et se perdait dans la ceinture en cuir de daim à demi tanné, serrant aux hanches un mitasse en deux parties, taillé dans une peau d’antilope et cousu avec des cheveux ; ce mitasse est une espèce de pantalon étroit tombant jusqu’à mi-jambe ; des mocksens, ornés de piquants de porc-épic et brodés de perles de toutes couleurs, lui montaient jusqu’aux genoux, garnis de scalps, ou chevelures humaines, dans toute leur longueur ; à ses talons étaient attachés plusieurs queues de loups rouges, ornement que seuls les grands braves peuvent porter ; le tout était recouvert d’un magnifique manteau en peau de bison blanc, dont le poil était en dehors.

Au-dessus de l’oreille gauche, ce chef, ou ce sachem, car tel était son titre, avait une plume d’aigle plantée droite dans sa chevelure ; sa ceinture soutenait à gauche son tomawhack, son couteau à scalper, et une corne de bison remplie de poudre ; à droite, son calumet, son sac à balles et un magnifique éventail de plumes ; à son poignet