Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Non pas, s’il vous plait j’ai trouvé mieux que cela.

— Bon ! quoi donc ?

— Avez-vous cette nomination de chirurgien-major que je vous ai demandée ?

— Pour Lima ? Parfaitement mon neveu n’est-il pas vice-roi du Pérou ? Mais…

— Vous ne comprenez pas ?

— Ma foi non, je l’avoue.

— C’est cependant limpide. Combien faut-il de temps à la duchesse pour se relever ?

— Huit ou neuf jours, je crois.

— Mettons-en dix. Eh bien ! dans dix jours, notre médecin partira pour Cadix, où il s’embarquera immédiatement sur le vaisseau le San-Pedro, qui n’attend que son arrivée pour mettre à la voile.

— Eh quoi ce Jose Legañez ?

— C’est cela même je lui compte quatre mille piastres, et en route ! il faut qu’il soit à bord dans vingt jours.

— C’est un trait de génie !

— Voilà ce que c’est que d’être à bonne école ! fit-il en riant.

— Mais, j’y songe, il a vu la duchesse ?

— Très-bien.

— Il la reconnaîtra ?

— Allons donc ! D’abord, il croit avoir affaire à une fleuriste sensible, une manola appartenant à une famille de fidalgos ruinés ; le père est mort ; la jeune fille s’est laissé séduire par un tunante de bonne famille, sous promesse de mariage ; pour cacher sa faute à sa mère, elle a prétexté un voyage à Tolède, où habite une de ses tantes. Vous le voyez, tout cela est simple ; le médecin empo-