Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alpujarras, où elle réside d’ordinaire, pendant les trois quarts de l’année. Comment trouvez-vous ces nouvelles ? ajouta-t-il en vidant son verre et le reposant sur la table.

— Je les trouve excellentes, mon ami, répondit Olivier ; ainsi, il n’a pas été question de moi ?

— Peut-être l’amiral de Kersaint s’est-il douté de quelque chose ; mais il n’a fait aucune allusion. Du reste, le comte de Salviat n’a pas été regretté ; il était peu aimé, à ce qu’il paraît.

— Il était méprisé par les officiers ses collègues, et détesté de tous les hommes de l’équipage.

— Alors que Dieu ait son âme, et n’en parlons plus.

— N’avez-vous rien à ajouter ? demanda Olivier d’une voix dont, malgré sa puissance sur lui-même, il ne réussissait pas à empêcher le tremblement.

Le banquier releva la tête, le regarda avec une expression de douce et vive pitié, et lui répondit :

— Pourquoi voulez-vous me faire parler, mon ami ? lui dit-il avec reproche.

— Parce que, répondit-il avec une émotion croissante, le doute me tue, et je veux savoir.

– Vous l’aimez donc bien ?

– Ce mot est trop faible, mon ami ; ce n’est pas de l’amour, ce n’est pas de l’adoration que j’ai pour elle ; c’est un sentiment indéfinissable, qui bouleverse mon être, fait battre mes artères à se rompre, bouillir dans mes veines mon sang changé en lave, trouble mon cerveau, et me rend fou ! Pour un regard de ses yeux rieurs, pour un sourire de ses lèvres mignonnes, je me sens capable