Page:Aimard - Par mer et par terre : le corsaire.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Rien ne vous retient ici, dit le docteur d’un ton sentencieux ; votre propre intérêt exige que vous vous éloigniez au plus vite.

— Vous avez raison, s’écria Olivier. À bord sans plus de retards ; à bord !

Ils quittèrent alors la maison du patron Galeano, non sans le récompenser généreusement.

La foule encombrait déjà les rues ; la course de taureaux était finie.

La baie était sillonnée par de nombreuses barques chargées de monde.

Après avoir pris congé du docteur Carnero et du patron Galeano, qui avait voulu les accompagner jusqu’à l’embarcadère, les trois amis descendirent dans la pirogue qui depuis longtemps les attendait.

Cinq minutes plus tard, ils montaient à bord de la goëlette.

— Comment sommes-nous ? demanda Olivier à maître Lebègue.

— Amarrés sur un corps mort, capitaine.

— L’équipage ?

— Au grand complet, sauf les hommes de Moguers.

— Faites larguer l’amarre, établir la voilure et mettre le cap au large.

Un peu avant le coucher du soleil, la goëlette avait disparu derrière les derniers plans de l’horizon.