Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plice, je dois tout savoir. Qui sait ? ajouta-t-elle avec un sourire triste, peut-être vous donnerai-je un bon conseil.

— Je m’en passerai.

— Un mot seulement.

— Dites.

— Vous avez de nombreux ennemis, mon père.

— Hélas ! oui, fit-il avec insouciance.

— Quels sont ceux qui vous obligent à fuir aujourd’hui ?

— Le plus implacable de tous.

— Ah !

— Oui, don Miguel de Zarate.

— Celui dont vous avez lâchement assassiné la fille.

Le Cèdre-Rouge frappa du poing avec colère.

— Ellen ! s’écria-t-il.

— Connaissez-vous un autre mot qui soit plus vrai que celui-là ? fit-elle froidement.

Le bandit baissa la tête.

— Ainsi, reprit-elle, vous allez fuir, fuir encore, fuir toujours !

— Que faire ? murmura-t-il.

Ellen se pencha vers lui, posa sa main blanche et délicate sur son bras, et le regardant fixement :

— Quels sont les hommes qui, dans quelques heures, doivent vous rejoindre ? dit-elle.

— Fray Ambrosio, Andrès Garote, nos anciens amis, enfin.

— C’est juste, murmura la jeune fille avec un geste de dégoût, le danger commun vous rassemble. Eh bien, mon père, vos amis et vous, vous êtes tous des lâches.

À cette violente insulte que sa fille lui jetait froidement à la face, le squatter pâlit ; il se leva vivement.