Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/188

Cette page n’a pas encore été corrigée
178
L’ÉCLAIREUR.

dans le même état d’insensibilité, et se groupèrent autour de lui afin de surveiller son réveil.

Don Mariano, dont les scrupules étaient éteints désormais et qui avait hâte de connaître, dans tous leurs détours, les ténébreuses machinations de son frère, afin de baser sur de solides arguments l’accusation qu’il voulait porter contre lui devant le tribunal suprême qu’il avait si inopinément installé, se retira avec ses domestiques dans un épais taillis, et là, loin des regards, il ouvrit le portefeuille avec une impatience fébrile, et commença la lecture des papiers qu’il contenait avec une horreur qui croissait à chaque lettre nouvelle qu’il dépliait.

Don Mariano ne voulait pas que son frère connût sa présence avant de comparaître devant ses juges, il comptait sur son apparition inopinée pour déjouer sa perspicacité et sa présence d’esprit en lui faisant perdre le sang-froid ; voilà pour quelle raison il s’était caché dans un endroit inaccessible aux plus clairvoyants regards, se réservant d’apparaître subitement lorsque le moment serait arrivé.

Plus d’une heure s’écoula encore sans que don Stefano, malgré les soins incessants de l’Églantine, fit un mouvement qui indiquât son retour à la vie. Cependant les trois hommes accroupis silencieusement autour de lui ne s’étaient pas un instant relâchés de leur surveillance : ils comprenaient toute la portée de l’acte qu’ils étaient appelés à accomplir, et désiraient, avec cette intuition, que possèdent instinctivement les âmes loyales, que l’homme qu’ils allaient juger fût assez remis et assez en possession de ses facultés intellectuelles pour défendre bravement sa vie.

Au moment où le soleil, déclinant rapidement à l’horizon, allongeait démesurément l’ombre des arbres et n’apparaissait plus entre les plus basses branches que comme un globe de feu, la brise du soir passa en se levant comme un souffle rafraîchissant sur le front pâle du blessé, qui