Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée
158
L’ÉCLAIREUR.

Pour la première fois, le vieux chasseur se trouvait à court ; il avait beau fouiller sa mémoire, afin de trouver dans sa vie, cependant si accidentée, une circonstance analogue à celle dans laquelle il se trouvait en ce moment, à son grand regret, il était forcé de convenir in petto que jamais il n’avait vu rien de pareil ; cela le chagrinait malgré lui, aussi venait-il d’un air tout maussade auprès du jeune homme.

Cependant ils avançaient toujours ; tout à coup, ils entendirent un grand bruit de chevaux à une distance assez rapprochée en avant d’eux, sur la sente qu’ils suivaient.

— Voilà Bon-Affût, dit don Miguel.

— C’est probable.

— Il sera bien étonné de me rencontrer venant au-devant du secours qu’il m’amène.

— Cela est certain.

— Pressons un peu le pas de nos chevaux.

Balle-Franche le regarda.

— Vous avez juré de vous donner une congestion cérébrale, n’est-ce pas ? lui dit-il nettement.

— Comment cela, répondit le jeune homme étonné.

— Pardieu ! cela est facile à prévoir, reprit le chasseur d’un ton bourru ; depuis une heure, vous faites folie sur folie, mais ne vous y trompez pas, caballero, ce que vous prenez pour de la force n’est que de la fièvre, c’est elle seule qui vous soutient, prenez-y garde, ne vous obstinez pas dans une lutte impossible, et dont, je vous en avertis, vous ne sortirez pas vainqueur. Je vous ai laissé agir à votre guise, parce que je ne voyais pas d’inconvénient à le faire jusqu’à présent ; mais, croyez-moi, en voilà assez, vous avez donné la mesure de vos forces, vous avez prouvé ce que vous pourriez dans une circonstance urgente ; c’est tout ce qu’il faut, maintenant arrêtons-nous et attendons.

— Merci, répondit don Miguel en lui serrant cordialement