Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/140

Cette page n’a pas encore été corrigée
130
L’ÉCLAIREUR.

Don Miguel soupira

— C’est étrange, murmura-t-il.

Le chef jeta sur lui à la dérobée un regard inquisiteur.

— Que fera mon frère ? demanda-t-il.

— Bientôt je serai près d’elles.

— Mon frère à tort, nul ne sait où elles se trouvent ; à quoi bon révéler leur refuge ?

— Bientôt, je l’espère, je serai libre d’agir sans craindre les regards indiscrets.

Une flamme sombre brilla dans l’œil du Peau-Rouge.

— Wacondah peul est maître de demain, fit-il.

Don Miguel le regarda.

— Que veut dire le chef ?

— Rien autre que ce que je dis.

— Bon. Mon frère veut-il m’accompagner à mon camp.

— Addick retourne à Quiepaa-Tani, afin de veiller sur celles que son frère lui a confiées.

— Vous reverrai-je bientôt ?

— Peut-être, répondit-il évasivement ; mais, ajouta-t-il, mon frère ne m’a-t-il pas dit qu’il comptait se rendre au Queche.

—En effet.

— Quand viendra mon frère ?

— Au plus tard, dans les premiers jours de la prochaine lune ; pourquoi cette question ?

— Mon frère est un visage pâle ; si Addick ne l’introduit pas lui-même dans le Queche, le chef blanc n’y pourra pas pénétrer.

— C’est juste, à l’époque que je vous ai indiquée, je vous attendrai au pied de la colline où nous nous sommes quittés.

— Addick y sera.

— Bien je compte sur vous ; maintenant il faut que je