Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée
126
L’ÉCLAIREUR.

autour de son compagnon qui lui sert pour ainsi dire de pivot.

L’espace laissé libre par les wagons était rempli par des fascines, des arbres empilés les uns sur les autres, et les ballots des mules.

Rien n’est plus singulier que l’aspect d’un de ces campements d’aventuriers dans la prairie. Les feux sont entourés de groupes pittoresques, assis, penchés ou debout, les uns cuisinant, d’autres raccommodant leurs habits ou les harnais des chevaux, d’autres fourbissant leurs armes ; par intervalles, du sein de ces groupes s’élèvent des éclats de rire qui annoncent que les contes joyeux font gaiement la ronde, et qu’en devisant on cherche à oublier les fatigues du jour et à se préparer à celles du lendemain.

Puis, pour compléter le tableau, de distance en distance devant les retranchements les sentinelles calmes et droites, appuyées sur leurs riffles.

Ainsi que nous l’avons dit, au centre s’élève la tente du chef gardée par un factionnaire qui surveille en même temps les chevaux.

D’après la description que nous avons donnée, il est facile de comprendre que les wagons forment des espèces d’embrasures au moyen desquelles un homme adroit peut facilement, en rampant sous les trains, sortir sans être aperçu des factionnaires et rentrer lorsque bon lui semble, sans avoir éveillé l’attention de ses compagnons, dont les regards, ordinairement dirigés vers la campagne, n’ont aucune raison de surveiller ce qui se passe à l’intérieur du camp.

Aussitôt que tout fut en ordre, que chacun fut installé aussi confortablement que le permettaient les circonstances, don Miguel se fit amener un cheval frais sur lequel il monta, et s’adressant à ses compagnons groupés autour de lui :