Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/52

Cette page n’a pas encore été corrigée


Overton se mit à marcher de long en large avec une fureur concentrée. À la fin, t’étant calmé de son mieux, il revint vers le nègre.

— Voyons ! dit-il, es-tu qu’ils vont se marier demain ?

— Je le pense, voilà tout.

— Bien ! maintenant écoute-moi : m’entends-tu bien ?

— Je crois que oui, quand vous parlez.

— Ne souffle mot de notre conversation à âme qui vive, ni surtout aux gens de Sedley. Ne dis même pas que nous nous sommes vus. Me le promets-tu

?

— Oui, si, à votre tour vous ne révélez jamais que j’ai causé avec vous.

— Tu peux y compter. Mais pourquoi ?

— C’est que ça pourrait compromettre ma réputation auprès des gens respectables.

À cette réponse impertinente, Overton se sentit une violente démangeaison de gratifier libéra-