Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce que j’ai pu, ma conscience est tranquille, je m’en vais. — Toi méchant moricaud ! file ton nœud ! et gare à toi si je te retrouve encore par ici.

Tout en parlant, le magister avait retiré sa clef, pris son panier, et s’était retourné avec majesté du côté du nègre.

Mais celui-ci avait disparu.

— Il a eu peur, l’esclave ! il a fui, comme un brouillard devant le soleil, répéta M. Perkins en s’éloignant. Ainsi sont confondus le méchant et ses amis.

Peut-être le sage maître d’école eut hésité à formuler cette opinion, s’il avait regardé en arrière.

Il aurait vu Caton sortant sa tête noire d’un buisson, et lui adressant en guise d’adieu toutes les grimaces dont il possédait un riche répertoire.