Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée


demande et la réponse, interrompit Scroggs en écrivant ; — Allez ! ajouta-t-il au bout de quelques instant.

— Bien !… Je disait donc que je rencontrai le Mangeur de Poudre. Moi et lui nous n’étions pas en très bons termes depuis une petite escarmouche que noua avions eue l’autre jour dans les bois ; nous ne nous sommes pas parlé. Or, voici comment était venue cette escarmouche : Ned Overton avait tiré sur un daim et l’avait manqué.

— Passons là-dessus ! ne noua occupons que des circonstances relatives à la présente affaire, s’il vous plait.

— Moi et Ned, n’étant pas en très-bons termes, nous ne nous sommes point arrêtés pour parler. Le fait est qu’il entra brusquement dans le bois ; mais bientôt après il en ressortit assez proche de moi pour que je le visse bien : il faisait grand clair de lune, je l’ai distingué parfaitement.