Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Dis aux quatre domestiques qui en ont la garde, et que tu connais, que ta maîtresse t’a pardonné, que tu reviens au milieu d’eux. Sous prétexte de fêter ton retour, emmène-les au cabaret, et tâche de les enivrer afin d’arriver à connaître comment on peut faire changer de place le château.

Jean exécuta, de point en point, les conseils de la jument, et après force rasades il apprit des domestiques, que chacun d’eux avait la garde d’un pilier d’or qui reposait sur une roue, et qu’il suffisait de les mettre en mouvement, tous les quatre en même temps, pour diriger le château où l’on voulait le conduire.

Jean manifesta, avec intention, des doutes sur la possibilité de déplacer un édifice aussi considérable. Les buveurs, entêtés comme des hommes pris de boisson, proposèrent de lui prouver qu’ils avaient raison.

Lorsque le filleul de la fée fut suffisamment renseigné, il ramena les gardiens au cabaret, leur offrit de nouveau à boire, et les mit hors d’état de s’opposer à son dessein.

Profitant donc de leur ivresse, il retourna