Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.

« Comprend-on, s’écriait la fée, qu’Yvonne s’est enfuie, qu’elle nous a lâchement abandonnés après tout ce que nous avons fait pour elle ! Nous l’avons élevée comme notre fille ou plutôt comme une princesse, car rien ne lui a manqué. Oh ! rencontrer autant d’ingratitude chez une créature aussi jeune, c’est à désespérer du monde entier. Petite vipère ! ajoutait-elle, si je te repince, je te ferai cuire toute vivante ! »

— Et moi, je te croquerai ! ajouta l’ogre, en se léchant les moustaches.

— Toi, tu n’es qu’un sot ! reprit la fée. Comment ! te voilà encore là ! Mais pars donc, cours après elle pour la rattraper. Tu ne vois pas que la rage me suffoque et que je ne puis y aller moi-même.

Le magicien, peu sensible aux apostrophes de ce genre, ne s’en émut pas. Il alla s’habiller, prit ses bottes de sept lieues, et se mit à la recherche de la fugitive.

L’ogresse, remise un peu de son émotion, s’enquit de la route suivie par Yvonne et apprit, par des pâtres, qu’elle était ac-