Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/105

Cette page a été validée par deux contributeurs.

LES CHEVALIERS DE LA BELLE ÉTOILE


I

Un jour, un pêcheur retira de la rivière une magnifique anguille.

Comme il s’apprêtait à la mettre dans son sac, elle lui dit :

— Brave homme, si tu voulais me laisser la vie, je ferais ton bonheur.

Le pêcheur, tout surpris d’entendre un poisson parler, lui répondit :

— J’y consens ; mais que m’offriras-tu pour récompense ?

— Je te donnerai la fortune, et pour cela je vais aller chercher au fond de l’eau une clef dont je t’indiquerai l’usage.

Elle plongea et revint presque aussitôt apportant une petite clef d’or.