Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

LE PALAIS LABIA


Comme l’avait dit Sforzi à Jacques, dès les premiers jours, la Contarinetta ne vivait pas dans l’ancien palais de sa famille. Des cousins à elle, qui avaient réussi à garder leur fortune et leur héritage y passaient quelques mois de temps à autre. Elle, son oncle et sa gouvernante occupaient une sorte de grand appartement dans le palais Labia, tout près du Ghetto. La Contarinetta venait d’atteindre ses dix-sept ans. Son père, le prince Giovanni Con-