Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


cuisinières, ouvrières, chez les maîtres tailleurs. En somme tous les emplois d’auxiliaires peuvent être féminisés. La même circulaire répond aux objections présentées. Si des hommes et des femmes travaillent ensemble dans un même bureau, on se trouvera dans les mêmes conditions que dans bien des établissements administratifs et industriels où ne s’est produite pour cela nulle catastrophe. Les emplois confidentiels ? Le ministre admet que l’on puisse trouver pour les tenir des femmes de haute valeur morale et même des femmes discrètes.

Aussi à partir de janvier 1916, à partir de mai surtout, date à laquelle le ministère prescrivait le remplacement par des femmes de tous les militaires employés dans des bureaux civils, les femmes sont-elles rentrées de plus en plus nombreuses dans les administrations et les bureaux.

Pénétrons dans les bureaux des grandes administrations militaires. Ministère de la guerre, sous-secrétaire d’État de l’artillerie et des munitions, service de l’intendance, service de santé, aéronautique, partout nous trouverons des femmes mêlées aux auxiliaires qui forment encore la majorité.

Dans ces différents ministères, les femmes sont surtout dactylographes, comme il convient. On peut même dire que ces derniers emplois leur sont presque exclusivement réservés ; mais nous trouvons aussi des femmes secrétaires ou plantons, dirigées parfois par des dames surveillantes. C’est une surprise d’abord, que de voir glisser dans les vastes antichambres ou les somptueux cabinets de fringantes jeunes personnes, mais l’œil s’y habitue