Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/282

Cette page n’a pas encore été corrigée


Objet d’une citation, également, la doctoresse australienne Isabel Ormiston, bel exemple de persévérance et d’énergie. La Doctoresse dirigeait l’hôpital d’Ostende. Un matin de septembre, à trois heures, on annonce que les Allemands arrivent. C’est la panique affolée. Tout le personnel s’enfuit emmenant la plupart des blessés. Quelques-uns ne peuvent être évacués. La doctoresse Ormiston reste à leur chevet. Évacuée par les Allemands quelques jours plus tard, elle passe en Angleterre avec une seule idée : retourner au front. Elle recueille de l’argent et revient porter sa science et son courage à l’ambulance de la reine des Belges, située à cinq milles des lignes ennemies. Quelques mois après, comme attirée par l’inconnu du danger, elle offre ses services à l’armée monténégrine où elle rend d’éclatants services.

À Ostende, alors que les habitants évacuaient la ville en toute hâte, une courageuse Anglaise vint à plusieurs reprises chercher les blessés qui couraient le risque de tomber aux mains de l’ennemi, les emmena en bateau et en sauva des centaines. Elle renouvelle le même exploit à Anvers.

L’habileté des sportwomen anglaises est venue, à plusieurs reprises, merveilleusement seconder leur charité. Après Charleroi, on a vu la femme d’un officier anglais parcourir les champs de bataille en automobile pour ramener rapidement les blessés. Pendant l’hiver de 1914, une sportwoman connue, Mme Miss, a fait la navette entre les avant-postes et l’arrière de l’armée belge. Elle est descendue avec les brancardiers dans les tranchées pour