Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/155

Cette page n’a pas encore été corrigée


Neutres. « L’objet de ce service est de faire de la propagande par l’envoi de brochures, traitant de la guerre, de ses causes, de ses responsabilités, des atteintes au droit, de l’étrange mentalité allemande ». Les relations mutuelles des sociétés féministes des divers pays permettent la distribution rapide de ces brochures, l’établissement de tournées de conférences, la traduction des brochures en plusieurs langues.

Dès le mois de mars, un groupe de personnalités féminines, politiques ou littéraires, s’était assigné le même but par des moyens différents.

Quand Mmes Juliette Adam, Augagneur, Alphonse Daudet, Madeleine Lemaire, de Ganay, Jules Siegfried, Daniel Lesueur, lancent l’idée de la Croisade des femmes Françaises, elles se proposent, sans organiser « un travail de bureau » « d’éveiller une sorte de rayonnement de nos compatriotes les unes sur les autres et au delà de nos frontières sur les neutres [1].

Toute adhérente — et toute Française peut et doit l’être — devra semer autour d’elle l’idée et engager ou reprendre une correspondance active avec les femmes neutres ou les Françaises résidant dans les pays neutres. « La seule effusion d’une âme de femme suffira à conquérir ou reconquérir des sympathies ».

Dix mille adhérentes se font bientôt inscrire…

Sous cette double direction, de leur propre mouvement parfois, comme le désiraient les inspiratrices de la Croisade, bien des femmes françaises ont, sous des

  1. Daniel Lesueur : La Française, 8 janvier 1916.