Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/122

Cette page n’a pas encore été corrigée


mars 1915, le Ministre de la Justice a adressé aux Procureurs généraux une circulaire les invitant à faire connaître aux familles les dispositions principales des lois de 1906 et de 1908 dont l’objectif est « d’empêcher qu’au lendemain de la mort du petit propriétaire, la maison ou la parcelle de terre par lui acquise en vue de la fondation d’un foyer familial », ne soit morcelée, entraînant par là la ruine des enfants. Les orphelins des militaires et marins tués à l’ennemi doivent surtout en bénéficier. Ainsi sur l’initiative heureuse de quelques Françaises bien des familles en deuil seront au moins sauvées de la ruine.

Les Féministes ont ainsi, suivant leur programme « servi l’armée qui sert pour nous ».

Une belle carte postale de Forain, éditée pour le Vêtement du Prisonnier de guerre, représente la poignante détresse du captif que rien ne vient réconforter. C’est cette douloureuse image que les organisatrices de l’œuvre se sont représentée avant de l’inspirer, elle qui a dirigé tous leurs efforts.

Particulièrement malheureux étaient au début de l’hiver dernier ceux de nos prisonniers qui, sans famille ou originaires des régions envahies ne pouvaient attendre des leurs nul appui matériel ou moral. Ils souffraient de l’isolement, de la faim, du froid surtout, se trouvant sans vêtements chauds sous un climat rude. Dès le mois de novembre 1915, Mme Wallerstein entre-