Ouvrir le menu principal

Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/239

Cette page n’a pas encore été corrigée
229
CLUB MONARCHIQUE

« Vous savez bien que nous n’avons point encore enrôlé quarante mille hommes, comme l’ont dit et affiché les citoyens de la section des Tuileries.

« Vous savez bien que nous n’avons pas distribué du pain à bas prix depuis notre jugement sur la première vexation que nous avons éprouvée, comme l’ont dit et affiché les citoyens de la même section. « Vous savez bien que nous n’avons point délibéré sur les moyens de dissoudre l’Assemblée nationale, comme l’ont dit et imprimé les citoyens de la section de la rue Beaubourg. « Vous savez bien que nous n’avons point projette (sic) d’attaquer les sections à main armée, comme l’ont dit et imprimé les citoyens de la même section.

« Vous savez bien que nous n’avons point distribué aux pauvres un pain empoisonné, comme l’onE publié des affiches, et comme l’ont répété des libelles.

« Vous savez bien, et tout le monde le sait avec vous, combien sont absurdes et incroyables les reproches que nos ennemis nous ont faits ; ils n’en ont prouvé et ils n’en prouveront aucun. « Mais ce que nos calomniateurs ne peuvent obtenir par des preuves légales, souffrirez-vous qu’ils l’obtiennent par leur lenteur à produire leurs inculpations et leurs griefs ? Nous exposerez-vous, nous livrerez-vous à tous les retards, à tous les délais que la délation emploie quand elle ne veut qu’accuser, et qu’elle désespère de convaincre ? « Poursuivis, outragés, vexés, nous attendons de vous justice ; nous ne craignons pas qu’elle soit sévère ; mais nous vous rappelions {sic), messieurs, qu’au moment où vous serez suffisamment éclairés, aucune considération ne doit empêcher qu’elle soit prompte, « DuBERGiER, président ; UAM.EUN, vice-président ; ConmER, Dagieu, Hautefort, Stanislas Clermont-Tonnerre, membres du Directoire. »

M. le maire, qui présidoit le conseil municipal, a assuré la députation de la célérité qui seroit mise à l’examen de cette affaire (1) . Hamelin adressa à Gorsas la lettre qui suit : « Lettre de M. Hamelin, membre du directoire du Club monarchique, à l’auteur du Courrier.

« Comme nous ne voulons pas que M. Hamelin s’imagine que nous [i) Journal de la Société des Amis de la Constitution monarchique, t. II, n" 11, du samedi 26 février 1791, p. 1 à 4.