Ouvrir le menu principal

Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/212

Cette page n’a pas encore été corrigée


202 LES CLUBS GONTRli-REVOLUTIONNAIRES

la Société entière a prêté ce nouveav derniers hommes dignes d’une serment et a arrêté unanimement véritable liberté, qu’il en fût fait mention dans son Bubergier, président ; Hamelin, procès-verbal. vice-président ; Cormier- Haute-Victor BroKlie, président ; Vil- f^^t ; de Rossy ; d’Aqier ; Stanislas lars ; Alexandre Beauharnois ; ^, ^

Voydel ; G. Bonnecarrere, secré- Clermont- Tonnerre, membres du tmre{l). » directoire.»

Jacobins et monarchiens devenaient de plus en plus acharnés les uns contre les autres, soit par paroles ou écrits, soit en actes sérieux. Rappelons les faits auxquels se rapportent les lettres reproduites ci-dessus.

Le lundi 24 janvier 1791, il y eut une grave affaire à la Chapelle, où des chasseurs soldés se battirent avec des citoyens, en tuèrent et blessèrent plusieurs.

« Le combat de la Chapelle, dit VOratrur du peuple, est une tentative de la cour bt du club monarchique. Il faut donc que le sieur Stanislas Clermont soit arrêté sur-le-chnmp, pour être jugé comme criminel de lèze- nation... »

XXU

On a vu précédemment que le Club monarchique, quand il man-^ quait de local, ne cessait pourtant pas de s’assembler non publiquement.

A l’hôtel de Clermont-Tonnerre se trouvait le groupe le plus persévérant des monarchistes qui, à défaut de local public, se réunissaient chez le comte, le plus zélé des membres, le plus remarqué aussi, avec Dubergier et de Rossi pour compagnons très militants. Un arrêté de la section de la Croix-Rouge se joignit à la section de rObservatoire (2) pour dénoncer les « attroupements alarmants » autour de l’hôtel de Clermont-Tonnerre, et les inscriptions faites sous prétexte d’aumônes et de distributions de pain (3). Pendant plusieurs jours, il ne fut question dans Paris que des (1) Voldel autorisa le rédacteur «lu Journal des Amis de la Constitution motiarr. lùcpie à déclarer que la signature Voidel, apposre au pied de cette lettre, n’était pas la sienne, et qu’il signait ordinairement Charles Voidel. (2) Voir plus haut, p. n ;5 et suiv.

(3) Extrait conforme, Arch. Nat., 1) XXXIX" :13, n° 331». Du 22 janvier 1791. -Voir Journal général de la Cour et de la Ville, n" 26, p. 212.