Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée


PUREMENT MONARCHIQUE, c’est-à-dire où le roi auroit seul le droit de faire les loix et de régner par les loix, dont il seroit en même tems /’auteur et /’arbitre ?

« Iil’ :PONSE,

« A cette question je ne répondrai qu’un mot. Ou je suis dans la plus profonde ignorance des principes de cette société, tout membre de son directoire que j’ai l’honneur d’être, ou j’ose garantir que si, par une fatalité imprévue, il renaissoit tout h coup un ordre de choses dans lequel un seul homme, et trop souvent un homme vicieux ou ignorant, dût être le seul instituteur, le seul auteur, le seul arbitre des loix, il n’y a point en France de citoyen actif, point de démagogue, point de club, point de jacobite, point de district, point de département, point de section, point de journaliste, point de Prudhomme, point de Martel, point de Marat, qui opposât une plus forte, une plus véritable résistance à ce funeste ordre de choses, à ce retour d’un despotisme absolu et arbitraire, que la Société des amis de la constitution monarchique.

« Question VI.

« Quels sont les membres que cette Société des amis de ta constitution monarchique a dans son sein ?

« RÉPONSE.

« Après tout ce que j’ai exposé ci-dessus, ma réponse à cette nouvelle question est bien faite assurément ; mais nous voulons complaire en tout à M. Audouin et à ses ayant-cause. Je ferai donc encore une réponse particulière à cette demande. Pour la faire avec la parfaite franchise et la parfaite loyauté que je me suis imposées pour toujours, je répondrai relativement à l’esprit, et non relativement à la lettre, parce que la lettre tue et l’esprit vivifie. Je répondrai relativement à la règle, et non point relativement à l’exception ; relativement à la grande majorité, et non point relativement à quelques individus.

<( Les membres qui composent cette Société des amis de la constitution monarchique sont de bons François, qui ont tous l’espoir mutuel de n’avoir accueilli dans leur sein que d’honnêtes gens, et la certitude positive et invariable d’être ennemis de la république et de l’anarchie,

« Question VU.

« N’en est-il point qui professent hautement des principes opposés à ceux que la constitution avoue seuls^ et qu’il est nécessaire de propager,