Ouvrir le menu principal

Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/19

Cette page n’a pas encore été corrigée
9
INTRODUCTION

Nous lisons, au premier mois, ii° 11, page 2 : « L’Assemblée a renoncé à être honorable et honorée. J’aime à voir qu’elle se rend justice. »

Deuxième mois, n° 30, page 3 : « Nos révolutionnaires sont fiers d’avoir réussi à intéresser l’univers entier à les voir pendus. »

Les Sahats jacohites [sic), par Marchant, journal publié en 1791 et en 17.J2, contenait dans son cinquantième numéro les phrases suivantes :

« Parlons des Jacobins. Je vais donner le précis d’une de leurs plus belles séances, celle du 28 août de la troisième année de la canaillocratie » (1),

La Chroniqice dxo Manège, du même Marchant, écrite dans bî genre des Actes des Apôtres, avait été publiée en 1789. Le Babillard, en juillet 1791, parlait du « joug clubinocratique )) ; il parlait aussi des républicoquins. Ce journal « du Palais-Royal et des Tuileries », rédigé par Joseph-Alphonse Esménard, du 5 au 30 octobre 1791, eut un supplément, le Chant du coq, feuille encore plus ultra-monarchique (2).

A la veille de la réunion de l’Assemblée législative, le Journal dit Soir ou le Petit Page, terminait sa carrière en imprimant :

« Bulletin de la séance dliier et d’aujourd’hui. « Il a été décrété que la liste des gredins qui doivent remplacer ceux-ci serait imprimée ; qu’ils entreraient en pleine et entière activité le 1" octobre prochain, et qu’ils voleraient, pilleraient et égorgeraient, feraient voler, piller et égorger, jusqu’à ce qu’il plaise à Dieu d’en ordonner autrement » (3). Le journal V Apocalypse^ commencé en janvier 1791, et qui a eu cinquante numéros, portait pour épigraphe : Ad majorem liegis gloriam. En effet, il sacrifiait tout à la volonté absolue de Louis XYL

(1) Les Sabats jacobites, 2« volume, p. 39o. — La Chronique du Manège, in-8", eut 24 numéros.

(2) Esménard s’enfuiL au 10 août 1792, offrit ses services au conile de Provence, à l’étranger, rentra en France en 1797, collabora à Xa Quotidienne, et fut banni au 18 fructidor.

(3) In-S" publié du 22 au 26 septembre 1791 ; numéro du 2G septembie, p. o.