Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/164

Cette page n’a pas encore été corrigée


DupiN, Metteur en Œuvre.

« La totalité des Membres n’étant pas encore parfaitement connue, nous donnerons la suite au Numéro prochain. » (Note du publiciste.) Fin effet, une deuxième liste a été publiée. Comme dans la première, on va le voir, les membres de la noblesse et du clergé y sont très nombreux. Toutefois, des bourgeois, des roturiers y figurent, honorés sans doute de se trouver en si bonne compagnie, de passer pour aristocrates, pour iidèles sujets de Louis XVL Cette liste se composait ainsi :

N» 2.

SUITE DE LA LISTE DES ARISTOCRATES

dl"] toutes les couleurs,

composant le club monarchique,

Actuellement rue Saint-Antoine.

« M. Malouet (1), cet ennemi juré de la liberté de la presse, a osé dire et imprimer qu’il ne subiroit point le joug des Jacobins. Certes, il faut l’avouer, ce tour oratoire est très-adroit. Aujourd’hui, les Aristocrates, pour se rendre intéressans, crient à l’oppression. A qui ferez-vous croire, mon cher Monsieur Malouet, que les Amis de la Constitution, que des hommes qui n’ont d’autre puissance que la persuasion, d’autre autorité que l’exemple, sont des tyrans ? Les Jacobins ne peuvent ni ne veulent imposer de joug à personne, mais ils veulent achever d’anéantir celui de vos pareils... Ils connoissent, ainsi que tout le monde, vos principes : ils savent que vous êtes le Maréchal-des-Logis en chef de la cabale aristocratique, que vous aviez logée d’abord aux Capucins, puis rue Royale, ensuite à la Sorbonne, et que vous colportez aujourd’hui dans tous les coins de Paris, sous le titre pompeux des Amis de la Constitution monarchique. On dit que, partout refusé, éconduit, vous allez vous réfugier au Fauxbourg Saint-Antoine, dans l’ancienne maison des Jésuites : (1) Malouet écrivait, le 30 janvier 1791, dans une brochure : « ... On croira bien que je ne saurois être membre très actif d’aucun club ; mais précisément parce qu’il y en a un tout-puissant, je pense qu’il en faut un autre qui ait le courage de contrarier cette toute-puissance et d’éclairer l’opinion publique sur ses abus... »