Page:A. Belot - Les Stations de l’Amour.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Du sperme.

Sperm ! mais c’est un mot anglais… n’y a-t-il pas un autre mot en français ?…

— Si !… en langage vulgaire, on dit : du foutre.

— Du foute !… foute !… comme c’est drôle…

— Mais non, lui dis-je : foutre, en faisant sonner l’r.

— Foutrrrre, répéta-t-elle, en faisant, à son tour, rouler l’r, avec un sérieux tout à fait comique ; du foutrrre… je veux en goûter aussi… donne, Flora…

Elle repoussa la tête de son amie et se mit à sa place, puis pressa entre les doigts monsieur Jacques qui n’était pas bien fini, car préoccupé des questions de la gosse, je n’avais pu remarquer ce que faisait Flora. Une grosse goutte perla encore à l’orifice, et Maud, après un mouvement d’hésitation, la cueillit du bout de sa langue. « C’est salé, dit-t-elle en riant, mais c’est bon… »

— Eh bien ! ma chère petite, je t’en donnerai autant que tu en voudras. En attendant, prenons quelques réconfortants.

Et m’étant rajusté, j’allais au salon prendre un plateau rempli de bonnes choses, préparé par mon boy. Pendant que nous grignotions quelques gâteaux, Flora emplit un verre d’alicante que Maud but en le sirotant. D’un second verre, Flora ne but qu’une gorgée qu’elle garda dans sa bouche, et, s’approchant de moi, me l’offrit ainsi à humer sur ses lèvres. Nous recommençâmes plusieurs fois le jeu en alternant.

— Oh ! que c’est drôle ! s’écria Maud, en dansant et frappant des mains, moi aussi, je veux…

Et s’approchant de moi, la bouche pleine, elle voulut me faire boire comme le faisait Flora ; mais à peine ses lèvres se furent-elles approchées des miennes que tout le liquide s’échappa, m’éclaboussant le visage, aux éclats de rire immodérés des deux petites folles.

— 50 —