Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/479

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bert. Tu as eu tort, Ivanhoe, d’entreprendre une telle aventure, toi qui peux à peine te tenir sur les étriers.

— Le ciel, ô mon prince ! répliqua Ivanhoe, a frappé cet homme superbe : il eut été trop honoré de mourir de votre main.

— Que la paix soit avec lui ! » dit Richard en regardant le corps gisant sur le sable ; « c’était un vaillant chevalier, et il est mort revêtu de son armure. Mais le temps presse : Bohun, fais ton devoir ! »

Un des chevaliers qui composaient la suite du roi s’avança, et, mettant la main sur l’épaule de Malvoisin : « Albert de Malvoisin, lui dit-il, je t’arrête comme prévenu de haute trahison. »

Jusqu’alors le grand-maître était resté immobile d’étonnement à l’aspect de cette troupe de guerriers ; enfin il revint à lui, et recouvra la parole.

« Qui donc, s’écria-t-il, a l’audace de porter la main sur un chevalier du temple de Sion, dans l’enceinte même de sa propre commanderie, et en présence du grand-maître ? De quelle autorité se permet-on un pareil outrage ?

— C’est moi, répliqua le chevalier ; moi Henri Bohun, comte d’Essex, grand connétable d’Angleterre.

— Et il arrête Malvoisin, » dit le roi en levant sa visière, « par l’ordre de Richard Plantagenet ici présent… Conrad Montfichet, il est heureux pour toi que tu ne sois pas né mon sujet… Quant à toi, Malvoisin, attends-toi de mourir avec ton frère Philippe avant que le monde soit plus vieux d’une semaine.

— Je résisterai à cette sentence, dit le grand-maître.

— Orgueilleux templier, répondit le roi, tu ne le peux ; lève les yeux, et vois l’étendard royal flotter sur les tours de Templestowe au lieu de la bannière de ton ordre. Sois prudent, Beaumanoir ; ne fais point une vaine résistance. Ta main est dans la gueule du lion.

— J’en appellerai à Rome contre cette usurpation des immunités et des privilèges de notre ordre.

— Soit ; mais, pour l’amour de toi-même, je te conseille de ne plus parler d’usurpation. Dissous ton chapitre, pars avec tes compagnons, et cherche quelque commanderie, s’il est possible d’en trouver une qui ne soit pas un repaire de traîtres et de conspirateurs contre le roi d’Angleterre : à moins que tu ne préfères rester pour jouir de notre hospitalité et admirer notre justice !

— N’être plus considéré que comme un hôte dans une maison où j’ai le droit de commander, répliqua Beaumanoir, jamais ! Chape-