Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/313

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


renfermé dans mon sein et dans celui d’une autre personne, de ma tentatrice, de la complice de mon crime. Éloigne-toi, démon ! laisse-moi ! va trouver la sorcière saxonne Ulrique : elle seule pourra te dire ce qu’elle seule et moi seul avons vu. Va, te dis-je, va trouver celle qui lava les blessures, qui releva et ensevelit le cadavre, qui donna à une mort violente l’apparence d’une mort spontanée et naturelle. Va trouver celle qui fut ma tentatrice, mon exécrable complice, l’affreuse récompense de ce forfait ; qu’elle ait, comme moi, un avant-goût des tourments de l’enfer.

— Elle les éprouve déjà, » dit Ulrique en s’approchant du lit de Front-de-Bœuf et en se découvrant à lui ; « depuis long-temps elle boit dans cette coupe ; mais elle la trouve moins amère en voyant que tu la partages. Ne grince pas les dents, Front-de-Bœuf ; ne roule pas les yeux, ne serre pas les poings, et ne lève pas ton bras sur moi avec cet air menaçant ; ce bras, qui, comme celui d’un de tes ancêtres aux exploits duquel tu es redevable de ton nom, aurait pu d’un seul coup briser le crâne d’un taureau des montagnes, est à présent aussi faible, aussi impuissant que le mien.

— Sanguinaire et hideuse sorcière ! détestable hibou ! répliqua Front-de-Bœuf ; c’est donc toi qui viens rugir de joie à la vue des ruines qui sont ton ouvrage ?

— Oui, Reginald, c’est Ulrique, c’est la fille de Torquil Wolfganger que tu as égorgé, c’est la sœur de ses fils que tu as massacrés ; c’est elle qui te redemande, à toi et à ta maison, son père, ses frères, son nom, son honneur, et tout ce qu’elle a perdu par la main des Front-de-Bœuf. Pense aux injures que j’ai reçues, et dis-moi si ce n’est pas la vérité. Tu as été mon mauvais ange, et je veux être le tien ; je veux te poursuivre de mes anathèmes jusqu’au dernier souffle de ta vie.

— Exécrable furie ! tu ne verras pas cet instant. Holà ! Gilles, Clément, Eustache, Saint-Maur, Étienne ! qu’on saisisse cette maudite sorcière, et qu’on la précipite du haut des murailles ! elle nous a livrés aux Saxons. Clément, Saint-Maur ! où êtes-vous donc lâches coquins ?

— Appelle-les de nouveau, vaillant baron, » dit la vieille furie avec un sourire affreux et moqueur ; « appelle tous tes vassaux autour de toi ; menace des tortures et de la prison ceux qui tarderont à se rendre à tes ordres ; mais apprends que tu n’obtiendras d’eux ni réponse, ni secours, ni obéissance. Écoute, » continua-t-elle après une courte pause et en changeant tout-à-coup de ton ;