Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les filles des familles nobles se retirer dans des couvents, non par l’effet d’une vocation religieuse, mais uniquement pour mettre leur honneur à l’abri des attaques des nobles débauchés.

Telle était la licence de l’époque, ainsi que le prouve la déclaration publique du clergé, qui nous a été transmise par Eadmer. Cette digression est plus que suffisante pour faire admettre la probabilité des scènes que nous venons de détailler, aussi bien que de celles que nous aurons encore à rapporter d’après l’autorité un peu moins authentique du manuscrit de Wardour.


CHAPITRE XXIV.


Je la courtiserai comme un lion courtise sa lionne.
J. Home, Douglas.


Pendant que les scènes que nous venons de décrire se passaient dans différentes parties du château, la juive Rébecca attendait, dans une tour éloignée, le sort qu’on lui destinait. Elle y avait été conduite par deux de ses ravisseurs déguisés, qui la firent entrer précipitamment dans une petite chambre, où elle se trouvait en présence d’une vieille sibylle qui grommelait une ballade saxonne, comme pour accompagner le mouvement de son fuseau. Elle leva la tête en voyant Rébecca, et jeta sur la belle juive ce regard de malignité et d’envie que la vieillesse et la laideur, lorsqu’elles se joignent à des dispositions malfaisantes, ont coutume de jeter sur la jeunesse et la beauté.

« Allons, vieux grillon, dit un des conducteurs, lève-toi et va-t’en ; notre noble maître l’ordonne. Il faut que tu cèdes cette chambre à une hôtesse plus aimable que toi.

— Oui, répondit la vieille ; voilà comment on récompense les services : il fut un temps où un seul mot prononcé par moi aurait fait tomber de sa selle et chassé du service le meilleur homme d’armes d’entre vous ; et maintenant il faut que je me lève et que je marche, sur l’ordre d’un palefrenier comme toi.

— Bonne dame Urfried, dit l’autre homme d’armes, ne reste pas là à raisonner, mais lève-toi et décampe. Les ordres des maîtres doivent être entendus à demi-mot et exécutés promptement. Ta saison est passée, ma vieille, et ton soleil est couché depuis long-