Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Paix ! Wamba, lui répondit Gurth. Tout cela peut être vrai ; mais si le diable cornu venait m’offrir son aide pour délivrer Cedric et lady Rowena, je doute que j’eusse assez de religion pour refuser l’offre de ce terrible ennemi et le chasser de ma présence. »

L’ermite, entièrement revêtu du costume d’un archer, portant l’épée et le bouclier, l’arc et le carquois, et une forte pertuisane sur l’épaule, sortit le dernier de sa cellule ; il en ferma la porte avec force, et plaça la clef sous le seuil.

« Es-tu en état de nous être utile, bon ermite, lui demanda Locksley, ou ton cerveau est-il encore troublé par les fumées du vin ?

— Pas plus que si je n’avais bu qu’une gorgée d’eau de la fontaine de Saint-Dunstan, répondit le moine, quoiqu’il y ait encore un certain bourdonnement dans ma tête, et peu de solidité dans mes jambes ; mais vous verrez tout à l’heure qu’il n’y paraîtra plus. »

En parlant ainsi il se coucha sur le bord du bassin dans lequel tombaient les eaux de la fontaine, dont les bulles formées par sa chute dansaient à la lueur blanchâtre de la lune, et il se mit à boire comme s’il avait voulu l’épuiser.

« Combien y a-t-il de temps, ermite de Copmanhurst, que tu n’as avalé une aussi bonne gorgée d’eau ? lui dit le chevalier Noir.

— Cela ne m’était pas arrivé depuis le jour où un baril de vin laissa échapper par une fente non canonique tout le nectar qu’il renfermait, ne me laissant pour étancher ma soif que la source dont mon saint patron m’a si libéralement gratifié. »

Plongeant alors ses mains et sa tête dans la fontaine, le joyeux ermite fit disparaître les dernières traces de son orgie nocturne, et après s’être relevé, il fit tourner au dessus de sa tête, avec trois doigts, sa lourde pertuisane, comme s’il eût balancé un roseau, en s’écriant : « Où sont ces ravisseurs qui enlèvent de jeunes filles contre leur volonté ? Je veux que le diable me torde le cou si je ne suis en état d’en terrasser une douzaine.

— Est-ce que tu oses proférer des jurements, saint ermite ? lui dit le chevalier Noir.

— Ne me parle plus d’ermite. Par saint George et le Dragon ! quand j’ai quitté le froc, je cesse d’être moine ; sitôt que j’ai endossé ma casaque verte je bois, je jure, et je chiffonne une colerette aussi bien que le plus jovial forestier du West-Riding.

— Allons, joyeux prêtre, dit Locksley, silence ! tu fais autant