Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Et quel est son nom ?

— Son nom ? Son nom est sire Antony de Scrablestone[1]. Crois-tu que je sois homme à boire avec un autre sans savoir son nom ?

— Tu as bu beaucoup plus que de raison, et je crains que tu n’aies bavardé de même.

— Brave archer, dit le Noir-Fainéant, ne sois pas si sévère à l’égard de mon joyeux hôte ; il n’a pu me refuser l’hospitalité, elle lui a été arrachée de force.

— De force ! répéta l’ermite ; attends que j’aie changé ce froc blanc pour une verte casaque ; et si je ne t’applique douze fois mon bâton à deux bouts sur la tête, je consens à n’être ni un vrai moine, ni un bon habitant des bois. »

Tout en parlant ainsi, il se dépouillait de sa robe, et il parut en justaucorps et en caleçon de bougran noir ; une casaque verte et un haut-de-chausses de même couleur eurent bientôt complété sa métamorphose.

« Aide-moi à nouer mes pointes, dit-il à Wamba, et tu auras un bon verre de vin pour ta peine.

— Grand merci de ton offre, répondit Wamba ; mais crois-tu qu’il me soit permis de t’aider à faire d’un saint ermite un braconnier pécheur ?

— Ne crains rien, répliqua l’ermite ; je confesserai à mon capuchon blanc les péchés de mon habit vert, et tout ira bien.

Amen ! reprit le fou. Un pénitent vêtu de drap fin devrait avoir un confesseur portant la haire, et, à plus forte raison encore, votre froc peut-il donner l’absolution à mon habit bariolé. »

Ce disant, il aida le moine à attacher ses nombreuses pointes, comme on appelait les lacets qui fixaient le haut-de-chausses au pourpoint. De son côté Locksley, ayant tiré le chevalier à l’écart, lui dit :

« Avouez-le, sire Fainéant, c’est vous qui avez décidé la victoire à l’avantage des indigènes contre les étrangers, dans le second jour du tournoi d’Ashby ?

— Et qu’en adviendrait-il, si vous disiez vrai, mon brave yeoman ?

— Je vous regarderais comme disposé à prendre la défense du faible.

  1. Scrablestone, mot sans doute formé de stone, pierre, et de scabled, égratigné : ce qui signifierait pierre égratignée ou endommagée. a. m.