Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, X.djvu/433

Cette page n’a pas encore été corrigée


et on jouit des plaisirs de ce monde, etc.

Et ainsi, au lieu qu’autrefois on voyait une distinction essentielle entre l’un et l’autre, on les voit maintenant confondus et mêlés, en sorte qu’on ne les discerne quasi plus.

De là vient qu’on ne voyait autrefois entre les Chrétiens que des personnes très instruites.

Au lieu qu’elles sont maintenant dans une ignorance qui fait horreur.

De là vient qu’autrefois ceux qui avaient été renés par le baptême, et qui avaient quitté les vices du monde, pour entrer dans la piété de l’Église, retombaient si rarement de l’Église dans le monde ; au lieu qu’on ne voit maintenant rien de plus ordinaire que les [vices] du monde dans le cœur des Chrétiens.

L’Église des Saints se trouve tant souillée par le mélange des méchants ; et ses enfants, qu’elle a conçus et portés dès l’enfance dans ses flancs, sont ceux-là même qui portent dans son cœur, c’est-à-dire jusqu’à la participation de ses plus augustes mystères le plus cruel de ses ennemis, c’est-à-dire l’esprit du monde, l’esprit d’ambition, l’esprit de vengeance, l’esprit d’impureté, l’esprit de concupiscence.