Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/92

Cette page n’a pas encore été corrigée


76

LETTRE DE LA SŒUR JACQUELINE

DE SAINTE-EUPHEMIE PASCAL A MADAME PERIER

SA SŒUR

Gloire à Jesus au Tres-Saint Sacrement.

A Port-Royal du Saint Sacrement, ce 24. Octobre 1656.

Ma tres chere sœur,

Je ne doute point que la joye de mon frere n’ait surmonté sa paresse, et qu’il ne m’ait prevenue en vous mandant la conclusion du miracle dont je ne puis vous mander aucunes circonstances, si non qu’il y a huit ou dix jours que la petite fut veue juridiquement par des Chirurgiens d’office, en presence de M. l’Official, à cause de quoy on la fit sortir avec sa sœur en habit du monde, et que, hier ou aujourd’huy, il a prononcé la sentence, je ne sçay si cela s’appelle d’approbation ou de verification du miracle, de sorte que nous chanterons Vendredy, Dieu aidant, un Te Deum solennel avec une messe d’actions de graces. La petite sera dans l’église du dehors avec un cierge allumé, et ainsi nous nous efforcerons de faire paroistre une partie de la reconnoissance que Dieu nous met au cœur pour un si grand prodige, dont l’action de graces se trouve heureusement pour nous unie à celles que nous rendons à Dieu tous les ans de celle qu’il nous a faite, en nous associant à l’Institut du Saint-Sacrement, dont on receut ceans l’habit le 24. d’Octobre en 46. ou 47¹ . Et depuis

______________________________________________________________

1. En 1647, les religieuses de Port-Royal furent autorisées à prendre le nom de Filles du St Sacrement, et à porter sur leur habit